Mon compte Mon compte Contact Version en
Les multiples aspects du calendrier chinois, par Alain Arrault, EFEO, CECMC (CNRS, EHESS)     01/10/2014 Vendeur de posters et calendriers, Pékin, 1936 (extrait de 'Jietou wenhua', Meishu shenghuo, 26, mai 1936, p. 30, fig. 7) et deux calendriers chinois
La chose la mieux partagée au monde est paradoxalement celle à laquelle on prête le moins attention, et même pire puisqu’elle est vouée à rejoindre immanquablement les poubelles de l’histoire. Soyons plus précis : il ne s’agit pas du calendrier au sens des théories cosmologiques et astronomiques de telle ou telle civilisation, qui apparaît dans le titre de savants ouvrages tels que le calendrier babylonien, le calendrier de l’Egypte ancienne, le calendrier des romains, etc. Non, il s’agit plus prosaïquement de l’objet calendrier ou dit « calendrier annuel », celui que l’on utilise au jour le jour, indispensable pour se repérer dans le temps, célébrer les fêtes annuelles, les anniversaires ; organiser son emploi du temps, prendre des rendez-vous (et les oublier !) ; se rappeler des activités des jours passés... Conjuguant mémoire et anticipation, passé et futur, il est évidemment le résultat de calculs sophistiqués, d’observations scrupuleuses des étoiles, d’un appareillage complexe prenant en compte le cycle du soleil, de la lune, de la précession des équinoxes, une sorte de « structure profonde », dont il ne serait que la « structure de surface », comme le dit Jean-Claude Martzloff. Mais de cela, l’usager lambda n’a nul besoin d’en avoir une fine connaissance : à l’image de l’objet technique, tel que par exemple l’ordinateur, la calculette, l’emploi du calendrier ne nécessite aucune expertise particulière.
    lire >>>




  Appel à propositions

5e Congrès Asie et Pacifique 2015
 

Les 9, 10 et 11 septembre 2015, se tiendra  à l'Institut national des langues et civilisations orientales, à Paris, le 5e congrès des études sur l'Asie et le Pacifique. Le congrès a pour objectifs de faire connaître les travaux sur l'Asie et le Pacifique ; d'organiser des ateliers transdisciplinaires et transculturels ; de favoriser des échanges ou collaborations entre chercheurs d’instituts spécialisés sur cette aire géographique en l’ouvrant aux chercheurs non francophones. Une attention particulière sera accordée aux propositions mettant en avant les doctorants et jeunes chercheurs.

Consulter l'appel

Colloque

Aires culturelles 2014
 

Les 5, 6 et 7 novembre un colloque sur les « Aires culturelles » permettra une réflexion scientifique internationale à trois niveaux : la genèse des aires culturelles ; les institutions scientifiques du champ des aires culturelles ; les enjeux et perspectives pour les aires culturelles.

Consulter l'annonce


Appel à contributions

Projet de recherche collective (2014-2016) 'L'Océanie convoitée'
 

Un article du Monde Diplomatique de juin 2005 (« Une zone d’instabilité méconnue : le Pacifique insulaire ») concluait :
Les îles du Pacifique pourront-elles trouver la paix et la prospérité sans que leur mode de vie soit bouleversé par l’intrusion des grandes puissances ? C’est l’enjeu principal de cet « autre Pacifique » qui compte trop peu pour retenir l’attention des médias, mais qui compte trop pour qu’on lui laisse vivre sa vie.
Près de dix ans plus tard, cette analyse reste non seulement valable, mais elle est amplifiée par de nouveaux enjeux économiques, politiques et de sécurité (menace terroriste). La crise mondiale se décline aussi en Océanie et les grandes puissances prennent conscience de l’intérêt de certaines ressources. L’Océanie n’est pas vide. Elle n’est pas non plus - ou n’est plus - le « continent invisible » de Le Clézio.

Dans la suite logique des travaux collectifs déjà menés (Colloque du Sénat d’avril 2008 sur la Nouvelle-Calédonie, colloque de Nouméa en mars 2011 sur Destins des collectivités politiques d’Océanie) nous nous proposons de préparer un programme de recherches pluridisciplinaires sur le thème de l’Océanie convoitée.

Consulter l'annonce

Présentation

Le Groupement d'intérêt scientifique Etudes asiatiques,
ou "GIS Asie"

 
Il est au service de la communauté des institutions et des chercheurs travaillant sur l’Asie. Il a pour mission d’œuvrer à la meilleure connaissance des études sur l’Asie effectuée en France et au renforcement de la recherche française sur cette aire géographique qui devient chaque jour plus importante sur la scène mondiale.
Ce consortium en cours de développement rassemble à ce jour, et dans l’attente d’autres adhésions, les 18 institutions.
Le GIS Asie s’appuie sur le Réseau Asie et Pacifique.
La direction et le Conseil scientifique du GIS sont également ceux de l’unité qui anime le Réseau, et donc du Réseau.

Présentation


La lettre de diffusion du réseau

Parution de la lettre n°62 - Octobre 2014
 

Il n'est pas nécessaire d'être membre pour poster une annonce : voir ici
 



   
 
 




 

Créé le 18 juin 2001, le Réseau Asie et Pacifique réunit et relie les enseignants, les chercheurs, les enseignants-chercheurs, les doctorants et les experts, sur une cinquantaine de pays et d'aires culturelles de l'Asie orientale, centrale et méridionale, insulaire et de l'Océanie.

L'annuaire des membres

Devenir membre

Proposer une annonce

La lettre du Réseau

Le congrès du Réseau

Site du Livre blanc des recherches sur l'Asie et le Pacifique (RESAP)


Fil RSS - tout le site 

Veille : Portail Netvibes
(tous les centres, et plus)

 

Actualités
  Page principale des actualités   Archives des actualités

Appels, Offres
  Page principale des appels, offres   Archives des appels, offres

Le site européen
du Réseau Asie
Création site internet